***

BULLETIN D'INFORMATION

ÉDITÉ PAR LA COMMISSION D'ISRAËL

ENCOURAGEMENTS A ISRAËL, CENTRE ÉTERNEL DE L'ATTENTION DU MONDE


Retour page d'accueil

CHARLES TAZE RUSSELL - PRECURSEUR DU SIONISME 

ÉDITÉ PAR LA COMMISSION D'ISRAËL

Articles publiés sur le — TIMES OF ISRAËL

*  *  *

Préambule

Cet article est extrait du livre de David Horowitz « CHARLES TAZE RUSSELL Un Chrétien Américain Précurseur du Sionisme ». C’est toujours dans le même esprit et basé sur les prophéties hébraïques expliqués par C.T.R. qu’avec nos compagnons de service nous continuons au sein de la Commission d’Israël en France à encourager et à soutenir le peuple Juif dans l’attente de la délivrance selon Esaïe 40 : 1-2 — contemporain du roi Ezéchias, qui il y a plus de 25 siècles s'écriait : « Consolez, consolez mon peuple, dit votre D.ieu. Parlez au cœur de Jérusalem, et criez-lui [annoncez-lui] que son temps de détresse [d’épreuve] est accompli, que son iniquité est acquittée [pardonné] ; qu’elle a reçu de la main de l’Éternel le double pour tous ses péchés ».

*  *  *

Le regretté Pasteur Charles T. Russell, avait devancé Théodore Herzl, en exhortant les Juifs du monde à ré-établir leur ancien État en Palestine. Ce fait est exposé dans une petite publication intitulée : Espérances et Perspectives juives Jewish Hopes and Prospects ») compilée et éditée il y a de nombreuses années par feu Raymond G. Jolly, qui avait distribué la brochure au moyen de The Israel Commission (La Commission d’Israël) qu’il dirigeait.

Le Pasteur Russell pensait que le Sionisme ne pourrait pas échouer parce qu’« Il a le soutien du D.ieu Tout-Puissant » comme cela est confirmé dans la brochure. Parallèlement, il y a ce miracle du RETOUR DU PEUPLE JUIF, retour qui fut à de très nombreuses reprises annoncé par les prophètes. Il faut remarquer que, à chaque fois que D.ieu annonçait le châtiment, la dispersion, comme en Lévitique 26, Il annonçait aussi le Retour. Dès 1876, C. T. Russell écrivit que ce retour était proche, il annonçait le développement passé, présent et futur d'Israël : les faits accomplis venant confirmer d'une façon éclatante les explications des prophéties.

En 1878, le Congrès de Berlin, sous l'impulsion de Lord Beaconsfield, de son vrai nom Disraeli, décidait, pour la première fois depuis des siècles, d'une possibilité pour le peuple juif de rentrer dans son pays, même si ce n'était qu'un début timide. Depuis cette date marquée dans la Bible, grâce à Pinsker, Herzl, Weizman, Ben Yehouda, Vitkin, Ussiskhin et tous les autres héros de cette épopée unique dans l'histoire de l'humanité, le Sionisme s'est développé. La prophétie d'Ezéchiel 37 : 3-7 est accomplie — Louons l'Eternel.

En bon étudiant de la Bible et des prophéties hébraïques, C. T. Russell ranima le Mouvement sioniste alors languissant. Dès 1889, avant que même le monde juif ait beaucoup entendu parler de Herzl et du Sionisme, il avait publié son livre The Time is at Hand (Le Temps est Proche) dans lequel il présente les prophéties qui marquent un tournant important pour « Le Peuple choisi de D.ieu, Israël ».

En 1910, après son retour de Palestine, où il s’était lié d’amitié avec un certain Dr Lévy du Mouvement Sioniste, et où il s’était adressé à un auditoire à Jérusalem, certains sionistes américains, principalement sur la recommandation du Dr Lévy, l’invitèrent à intervenir lors d’un grand rassemblement juif à l’Hippodrome de New York, où il reçut un accueil enthousiaste.

Au cours du printemps de 1980, le United Israel Bulletin imprima l’extrait d’une lettre de H. W. Roberts, coordinateur des activités de la branche anglaise de la Commission d’Israël, une organisation adhérant aux enseignements du défunt Pasteur Russell.

 

Cher M. Horowitz,

 De temps à autre, des articles ont été publiés dans le United Israel Bulletin à propos des enseignements du Pasteur C.T. Russell au sujet des Juifs. Plus récemment, l’attention a été portée sur des présentations ultérieures de ces enseignements faites par le Pasteur R. G. Jolly et, au moins jusqu’en 1978, par Gilbert Hermetz en France, à la lumière des événements survenus après la mort de Russell.

Les enseignements du Pasteur Russell ont été préservés depuis de nombreuses années en Grande-Bretagne, sous la direction active de Ronald E. Armstrong, qui d’ailleurs a donné de nombreuses conférences en Amérique sur la question des Juifs. Il a été nommé représentant britannique de « The Israel Commission », affiliée au « Laymen’s Home Missionary Movement », par l’administrateur, le Pasteur Jolly, avec qui il a travaillé jusqu’à la mort de ce dernier, il y a juste un an [Écrit en 1980].

Depuis quelques années maintenant, M. Armstrong et son équipe d’assistants ont été particulièrement actifs envers les Juifs et l’État d’Israël. Des films, des conférences et de la documentation, ainsi qu’un visuel de présentation très attrayant, ont été présentés au public dans des salles d’exposition à Manchester, Sheffield, Birmingham et Hull, sous le titre « Focus on Zionism » (« Pleins Feux sur le Sionisme »).

Nous avons un message de Paix et d’Espérance pour un monde troublé, dans lequel la Nation réunifiée d’Israël joue un rôle plus que jamais central et significatif. Permettez-moi par conséquent de vous saluer, au nom de tous les compagnons de service en Grande-Bretagne.

 H. W. Roberts (nous a quittés le 9 février 2006)

 

UN EMINENT ERUDIT FRANÇAIS REND HOMMAGE A RUSSELL

Au cours de l’été 1978 vint un nouveau témoignage sur l’importance de l’enseignement prophétique de Russell envers le Peuple Juif. Gilbert Hermetz, responsable d’un groupe chrétien sioniste en France et lecteur de longue date du United Israel Bulletin, envoya un rapport détaillé de ses visites inspirantes en Israël. Il fut traduit du français au profit des lecteurs de l’UIB.

C’est parce que nous avons accompli, depuis longtemps maintenant, notre aliyah spirituelle, ayant complètement rejeté le carcan de fer de la chrétienté nominale, que nous pouvons nous réjouir, souffrir, combattre et espérer avec nos frères Juifs, selon Prov. 17 : 17 : « L’ami aime en tout temps, et un frère est né pour la détresse ».

Il y a vingt-huit mois, j’ai posé pour la première fois le pied en Israël, invité par mon bon ami Jacob Saadoun, qui avait assisté à l’un de mes discours donné à Paris juste au moment où Yasser Arafat était applaudi par beaucoup aux Nations-Unies.

Je rentre juste de mon quatrième voyage en Israël, essayant comme je l’ai fait précédemment, avec les amis qui cette fois m’ont accompagné, d’être aussi proche que possible de la population. Quoi qu’il en soit, on peut dire que nous sommes des défenseurs d’Israël, des représentants des chrétiens sionistes de la Commission d’Israël.

Parce que nous aimons et recherchons la vérité et la justice, nous sommes des défenseurs, et par-dessus tout, des amis d’Israël, amis de sa jeunesse, admirateurs de son œuvre et de son amour pour l’homme, quel qu’il soit. Je n’ai personnellement aucun ressentiment envers qui que ce soit et je ne vois pas dans tous les Israéliens ce qu’ils ne prétendent pas être : des parangons de vertu ! Mais pour celui qui connaît les promesses bibliques concernant « La Terre, le Livre et le Peuple », comment est-il possible de douter, même une seconde, que nous assistons avec ce peuple à l’un des plus merveilleux accomplissements prophétiques.

Nous ne nous impatientons pas de voir des lieux altérés par des églises ou des cathédrales qui défigurent ce qu’ils prétendent représenter et protéger. Nous préférons considérer les Israéliens, « les pierres vivantes » elles-mêmes, avec leur rugosité, leur rudesse apparente, mais aussi avec leur côté émouvant lorsque nous leur parlons de nos actions envers Israël.

Ces « pierres vivantes » sont les employés des hôtels, les chauffeurs de taxi, les kibbutznikim, ceux du moshav ; c’est aussi la jeunesse qui laboure, sème, travaille et cultive le sol réhabilité sur les bords de la Mer Morte. Ce sont ceux qui, derrière les roues des machines, font évoluer continuellement la situation et préparent la venue de nouveaux immigrants.

Si Ésaïe 35 est à l’apogée de son accomplissement, il en est ainsi par la volonté divine et par le travail prodigieux d’un peuple qui a redécouvert sa première vocation : celle d’un peuple d’agriculteurs — qui prouvent néanmoins dans tous les domaines qu’ils sont à la pointe du progrès.

Une autre « pierre vivante », cet ami qui sans nous connaître, est venu nous parler pendant deux heures de son amour pour son peuple, pour la jeunesse, l’espoir d’Israël et nous a parlé aussi de son chagrin et de sa peur des guerres qui, lorsque nous regardons en arrière à travers l’histoire, n’ont pas eu leur équivalent, en fréquence et en perfidie. Nous avons senti ce désir de paix à chacune de nos étapes, au point que beaucoup apparemment, y ont trop cru.

Des « pierres vivantes » aussi tous ceux qui, en Israël, nous ont accueillis, guidés et encouragés si chaleureusement, et que je remercie au nom de notre mouvement. Cela inclut le professeur de l’Université Hébraïque avec qui nous avons parlé pendant des heures, des promesses qui appartiennent d’abord au Peuple Juif, avant d’être offertes à toute l’humanité. Cela comprend ces personnes, heureuses de trouver des amis sincères, qui organisèrent pour nous débats, conférences et entretiens.

Les antisionistes ignorent la dimension divine du Sionisme politique et religieux. Nous leur donnons rendez-vous dans l’Âge Messianique, quelques aspects que puisse prendre cet Âge. Mais nous souhaitons rendre témoignage, Bible en main, des joies qui furent nôtres pendant ces deux semaines trop vite passées en compagnie du Juif, que nous avons appris à aimer, parce que nous savons ce que nous lui devons et ce dont nous devrions lui rendre grâce.

Quels que soient les projets diplomatiques qui pourront être élaborés, le plus souvent sciemment, pour isoler complètement ce peuple, il ne sera plus jamais, non plus jamais, chassé, ni détruit, ni spolié. Ils ont avec eux et pour eux l’Unique qui, bien qu’Il ait annoncé et permis leur Diaspora, a aussi promis qu’Il rassemblerait la moisson des exilés, pour faire d’eux les éducateurs de l’humanité — y compris de ceux dont nous ignorons jusqu’à quel degré d’abjection ils descendront — assassins de femmes, d’enfants, de personnes âgées, poseurs de bombes dans des lieux de vie, etc.

Nous sommes convaincus que, revenant aux promesses faites à leurs pères, ce peuple d’Israël sera à la hauteur de la mission qui est la sienne : Ésaïe 2 : 2, 3. Même s’il n’y a que peu de voix pour proclamer cela, nous le proclamerons, poursuivant ainsi une œuvre peu appréciée jusqu’à présent, mais qui ira se développant, car elle est l’écho des promesses fidèles du Créateur, contenues dans l’Alliance avec Abraham : « En toi et en ta postérité, toutes les familles de la terre seront bénies ».

Puisse ce témoignage d’un « goy », qui travaille de différentes manières pour Israël, en France et en Belgique — en tenant des rencontres pro-Israël, etc. — être le reflet des paroles d’Es. 40 : 1, 2 « Consolez, consolez mon peuple… ».

Gilbert Hermetz

[Dans son livre, - dont l'édition française va paraître prochainement - David Horowitz a relevé à plusieurs reprises le fait que c’est en étudiant les écrits des prophètes hébreux, que le Pasteur Russell avait pu comprendre le destin d’Israël...]

Avec un cordial Shalom à tous

Jacques Obojtek

Pour la Commission d'Israël

*  *  *

Vos questions, suggestions ou informations sont les bienvenues : redaction@israelvivra.com

 

redaction@israelvivra.com

*   *   *

Retour haut de page

***