***

BULLETIN D'INFORMATION

ÉDITÉ PAR LA COMMISSION D'ISRAËL

ENCOURAGEMENTS A ISRAËL, CENTRE ÉTERNEL DE L'ATTENTION DU MONDE


Retour page d'accueil

ISRAËL EST-IL A VENDRE ?

Préambule

Chers amis, ce qui suit souligne comment, malgré lui, Israël est comme aspiré au centre d’un tourbillon de compromis et de négociation, ralentissant son développement inéluctable. Notre devoir d’encouragement selon Esaie 40 : 1,2 et celui de défendre Israël devant des non juifs, constituent les deux parties principales de notre travail.

Combien de temps encore, les yeux de ce peuple seront fermés devant l’évidence. Chaque parcelle de terre promise par l’Eternel devra revenir au peuple qu’Il a choisit. Israël ne doit pas rendre des territoires, mais prendre la terre que Dieu lui a donnée. Aucune promesse territoriale en Canaan n’est faite pour Ismaël [les arabes] Gen. 16 : 11-12. Notre détermination est toujours aussi forte auprès de nos amis Juifs pour les soutenir, et leur apporter une aide, bien que les circonstances soient défavorables.

Merci encore à tous ceux qui nous ont aidés et nous aident encore. Que l’Éternel vous garde vous bénisse dans cette lecture.

A bientôt, votre ami, Gilbert Hermetz


DES COMPROMIS A EVITER

Deut. 11 : 12 — « Un pays dont l'ÉTERNEL ton Dieu a soin, sur lequel l’ÉTERNEL, ton Dieu, a continuellement les yeux ».

La nation d'Israël a étonné le monde par son accroissement et son développement extraordinaires. Menacé militairement et par le boycott économique de l'extérieur, largement surpassé en nombre par des ennemis jurés et avec ses alliés incertains dans leur soutien, déchiré par des factions internes, politiques, religieuses et ethniques. Israël est vraiment la nation miracle parmi les nations du monde. Aucune autre nation n'a jamais fait, en si peu de temps, des progrès aussi rapides, obtenu des résultats aussi remarquables au milieu de circonstances et d'entourages aussi hostiles.

Qu’Israël ait été gardé intact, est un des miracles de l’histoire. On a comparé ceci à une immense rivière qui tomberait de très haut en Afrique dans l’océan atlantique, divisée dans les parties qui la forment en gouttes d’eau lesquelles, jetées au hasard dans un grand désordre, dispersées parmi des gouttes complètement différentes tout en traversant l’océan et se retrouvant sur les côtes de l’Atlantique, de l’Amérique du Sud, toutes arriveraient ensemble mais séparées et distinctes des eaux de l’Atlantique !

On peut y voir l’amour — l’amour dans la colère —  dans cette dispersion et cette préservation d’Israël, l’amour qui emploie la verge — pour réformer et améliorer le caractère, et l’amour qui le garde comme un peuple homogène pour que, humilié et soumis dans les mains de Dieu, il puisse servir pour sa propre bénédiction sous la direction du Messie et pour la bénédiction du monde. La puissance se manifeste en tout ceci, à la fois dans sa dispersion et dans sa préservation ; car si la puissance divine ne l’avait pas protégé au milieu des cauchemars par lesquels il a passé, Israël aurait sûrement péri.

Les Juifs du monde entier et les Juifs israéliens, aussi bien que les vrais amis de ce peuple extraordinaire, devraient extirper de leurs langages les termes « Colons ; colonies ; colonisateurs », termes employés allègrement par les médias et par tous ceux qui haïssent les Juifs. Les Juifs d’Israël, ne sont pas des colons, ils ne colonisent pas une terre mais reprennent possession de leur terre, ils se réinstallent dans la terre de Canaan conquise par Josué qui traversa le Jourdain.

Beaucoup de Juifs ont prié pendant des siècles « l’an prochain à Jérusalem ». Leurs yeux se sont fermés sans voir Jérusalem. La RÉINSTALLATION [ITNAHALOUT] sur des terres possédées par leurs ancêtres, n’est qu’une restitution ; le peuple Juif est le propriétaire de cette terre aux yeux de son DIEU. Israël est le seul pays ayant ses frontières délimitées par Dieu Lui-même, non par les puissants de ce monde. Vouloir rivaliser avec un tel peuple est une aberration, une absurdité, quelque chose d’impensable, d’illogique de déraisonnable un blasphème. Peut-on lutter contre la volonté de Dieu ? La terre lui appartient et il la donne à qui Il veut.

Pourtant Israël se fait voler ses terres sous son nez, Israël partage les terres que Dieu lui a données pour que d'autres peuples plantent leurs idoles, invoquent leurs dieux. Israël serait-il indigne de la promesse ? Non certainement pas, Israël est béni à cause des pères. Dieu ne s’est pas trompé, les Juifs payent le prix non seulement pour cette terre mais également pour l’accomplissement des promesses.

Le pays que Dieu déclare leur avoir donné, le pays qu'Il avait promis à Abraham en lui disant : « Lève les yeux et regarde du lieu où tu es vers le nord, vers le midi, vers l'orient et vers l’occident ; car tout le pays QUE TU VOIS, je te le donnerai et à ta semence pour toujours… Tout le pays de Canaan, en POSSESSION PERPÉTUELLE ». (Gen. 13 : 14-17 ; 17 : 8).

Cliquez pour lire la vidéoChaque donation de territoire a coûté excessivement cher à Israël, en pleurs, en douleurs, en sang versé et en terreur. Chaque concession, n’a fait qu’endurcir le cœur des adversaires d’Israël, de ceux qui refusent de reconnaître l’existence même de ce peuple et de sa judaïcité. Cela nous fait penser au Pharaon lors des dix plaies d’Egypte. Si nous nous souvenons comment l'Eternel endurcit le cœur de Pharaon, c'est-à-dire quelle façon d'agir de la part de l'Eternel eut pour effet de rendre Pharaon plus obstiné. Ce fut la bonté de Dieu qui endurcit Pharaon, sa bonne volonté d'écouter sa prière pour obtenir le secours et d'accepter sa promesse de laisser aller Israël, autrement dit ce fut la miséricorde de Dieu.

Si Dieu avait maintenu la première plaie (ou premier châtiment) jusqu'à ce qu'Israël fût libéré, cette seule plaie aurait été suffisante pour accomplir la délivrance ; mais lorsque l'Eternel délivrait le peuple et le pays d'une plaie, Pharaon en concluait que tout était passé, et que peut-être il n'y aurait plus d'autre plaie ; et ainsi, petit à petit la miséricorde divine produisait en lui une hostilité de plus en plus grande.

Il en est de même aujourd’hui, nous voyons le résultat d’une politique terre contre paix. Chaque territoire évacué a été récupéré par les extrémistes. Le fait de laisser croire aux squatters [que sont les palestiniens] qu’ils peuvent espérer de cette manière ou d’une autre obtenir cette terre, est une des plus graves erreurs qu’Israël est en train de commettre.

Laisser penser que les Arabes, ont quelques légitimités, historique ou religieuse ou politique est non seulement inexact, mais démontre que les Juifs qui défendent ce point de vue n'ont pas de religion authentique, et par conséquent ne sont pas vraiment des Juifs, pas des croyants en la Bible, ni en Abraham, ni en Moïse, ni aux Prophètes comme porte-parole de Dieu.

Avant l'établissement d'Israël comme nation, les ennemis des Juifs, s'opposant à leur retour au pays promis et à leur existence en tant que nation à cet endroit, remplirent le monde d'accusations haineuses et mensongères contre eux, et que s'ils retournaient en Palestine, ils constitueraient bientôt un problème mondial, etc. Ils sont en effet devenus « un problème mondial », mais d'une façon toute différente de celle qu'attendaient leurs ennemis ; et ils continueront à être un « problème mondial » jusqu'à la fin du grand Temps de Détresse qui s'abat maintenant sur les nations.

« Voici, je ferai de Jérusalem une coupe d'étourdissement pour tous les peuples d'alentour

En aucun autre pays du monde, la dignité du travail — et le travail même — n'est aussi hautement apprécié par une aussi grande majorité de la population tout entière. La raison pour laquelle le travail manuel est si hautement considéré en Israël, on la trouve dans le but fondamental à atteindre du Sionisme moderne : la restauration du peuple juif dans son propre pays de la promesse.

Est-il étonnant qu'un tel peuple, de retour dans sa patrie ayant son propre gouvernement, s'appliquerait avec une espérance ranimée et une joie sans bornes à la grande tâche de remettre en valeur, de cultiver, de pêcher, d'extraire, d'industrialiser et de construire ? Dans une telle atmosphère de patriotisme, jointe à leur conviction acquise et générale qu'ils sont encore le peuple choisi de Dieu, aucune tâche, aussi difficile ou aussi humble soit-elle, ne doit être méprisée ou évitée.

Israël est vraiment un pays de miracles. Un courage inaltérable et une grande abnégation ont produit des prodiges que tout augure rationnel, pratique d'il y a seulement quelques années aurait déclaré totalement impossible. Ce que beaucoup auraient considéré comme des obstacles insurmontables et qu'eux-mêmes n'auraient pas entrepris, les Israéliens l'ont surmonté avec une détermination résolue.

Le peuple arabe n'a réellement rien à craindre de l'accomplissement de la promesse faite par Dieu à Israël, promesse qui s'accomplira finalement, qu'il y collabore ou qu'il s'y oppose. Le règne de justice qui vient, dans lequel le pays d'Israël sera le centre, apportera des bénédictions et le bonheur aux Arabes aussi bien qu'aux Juifs et aux Gentils et les fils d'Ismaël et d'Ésaü trouveront qu'après tout, les voies de Dieu, bien que mystérieuses et souvent difficiles à comprendre, sont à la fin les meilleures. Esaïe 19 : 23-25 — « En ce jour, une chaussée conduira d'Egypte en Assyrie. Les Assyriens iront en Egypte, les Egyptiens en Assyrie ; l'Egypte et l'Assyrie pratiqueront le même culte. 24 En ce jour-là, Israël uni, lui troisième, à l'Egypte et à l'Assyrie, sera un sujet de bénédiction dans l'étendue de ces pays, 25 car l'Eternel-Cebaot lui aura conféré sa bénédiction en ces termes : Bénis soient mon peuple d'Egypte, l'Assyrie, œuvre de mes mains, et Israël, mon héritage ».

Il est bien possible que si les nations du monde ne sont toujours pas bénies mais qu'elles sont maudites par des guerres, ce soit parce qu'elles ont fait obstacle à la juste revendication d'Israël sur sa terre. La prospérité des nations dépend donc de leur attitude à l'égard du peuple juif dans son ensemble.

 

redaction@israelvivra.com

*   *   *

Retour haut de page

 

*****

***