***

BULLETIN D'INFORMATION

ÉDITÉ PAR LA COMMISSION D'ISRAËL

ENCOURAGEMENTS A ISRAËL, CENTRE ÉTERNEL DE L'ATTENTION DU MONDE


Retour page d'accueil

L'AMOUR ÉTERNEL DE D.IEU POUR ISRAËL

 

— JÉRÉMIE 31 : 3 —

« Je t'ai aimée d'un amour éternel ; c'est pourquoi je t'attire avec bonté ».

Nous souhaitons clarifier notre position au sein de la chrétienté, cela nous semble nécessaire pour tous nos amis en Israël et en dehors. Nous rappelons que « La Commission d’Israël » n'a aucun clergé, aucune église, qu’il n'y a pas de hiérarchie, ni de liste de membres. Ce n'est ni une secte ni une organisation ; c'est un mouvement, qui reçoit le soutien d'individus de tous les milieux sociaux qui partagent une conviction commune. Nous rejetons les erreurs des églises, principalement celle de la trinité cause de l’accusation de « peuple déicide », et également la « THÉOLOGIE DE REMPLACEMENT » accepté dans toutes les églises encore aujourd’hui. C’est pourquoi aucune collaboration n’est envisageable avec les églises nominales établies.

Nous croyons et défendons que la faveur de D.ieu, retirée aux Juifs pendant près de deux mille ans leur est revenue pendant les cent ans qui viennent de s'écouler. Les buts de la Commission sont légitimes, honnêtes, ouverts et loyaux. Son message est tout à fait clair. La faveur de D.ieu revient aux Juifs en Terre Sainte EN TANT QUE JUIFS. La Nation d'Israël n'entrera jamais dans le giron chrétien, mais elle sera employée en tant que Nation juive à la bénédiction de toute l'Humanité. Nous encourageons tous nos amis Juifs à demeurer Juif et nous les encourageons à attendre l’accomplissement de leurs promesses merveilleuses placées devant eux.

La Commission d’Israël a pu mener à bien ce soutien et cet encouragement depuis des décennies (1970 en France), grâce à son indépendance [J.O.]. En effet, l’œuvre de la Commission ne consiste pas à chercher des convertis parmi les Juifs pour aucune des sectes ou églises chrétiennes, mais, « Parlez au cœur de Jérusalem, et criez lui que son temps de détresse est accompli » — (Es. 40 : 1, 2).

THÉOLOGIE DE REMPLACEMENT

La chrétienté repose sur deux piliers — le Catholicisme romain et le Protestantisme dans ses diverses formes. Ces deux piliers appliquent la « THÉOLOGIE DE REMPLACEMENT ». Les protestants reçurent leurs plus anciennes conceptions religieuses du catholicisme romain avec lequel ils étaient identifiés à l’origine, il n’est pas surprenant que beaucoup des erreurs de ce système leur demeurèrent attachées, nous regrettons qu’ils aient cessé de protester.

Nous ne désirons pas blesser les personnes en tant que telles, quelle que soit leur appartenance, car nous savons reconnaître et apprécier le dévouement, l’amour du prochain et parfois la noblesse de certaines d’entre elles. Mais ce sont les systèmes que nous dénonçons et qui sont à l’origine de tant de souffrances et de crimes surtout la Papauté, qui est responsable, directement ou indirectement de millions de morts depuis son auto proclamation comme seule autorité divinement reconnue.

EXEMPLE D’INFLUENCE ELECTORALE

Ronald Wilson Reagan président des Etas Unis (1981 à 1989) répéta durant toute sa présidence la formule inspirée de la Bible « La cité de lumière sur la colline » empruntée à John Winthrop protestant évangélique anglais du 17e siècle, considéré comme un des pères fondateurs de l’Amérique. Pour lui la création du nouveau monde résulte d’un pacte d’avec D.ieu.

 

Lorsque Ronald Reagan arrive à la maison blanche en 1981 c’est avec le soutien des fondamentalistes évangéliques, en tête son ami Jerry Falwell fondateur de la majorité morale un mouvement politico religieux particulièrement conservateur qui aura une grande influence durant toute sa présidence. L’accession au pouvoir de la droite nationaliste influence la politique intérieur des Etats-Unis, mais aussi sa politique étrangère.

L’idée persiste, que nous sommes (les Etats-Unis), en quelque sorte le peuple élu, le nouveau peuple élu et que nous avons une mission qui nous a été donné par D.ieu, par la providence ou par l’histoire et par extension, parce que nous sommes en mission, nous croyons que nous avons des prérogatives exceptionnelles, afin de mener notre mission à bien.

La mission des évangéliques américains est de préparer le retour du Christ sur terre, afin qu’advienne le nouveau monde. Pour y parvenir ils ont comme au temps des croisés, le regard tourné vers Jérusalem la ville sainte pour les trois grandes religions du livre. Cela a des implications politiques très importantes, notamment concernant le fait que ce groupe politiquement très actif de protestants évangéliques est persuadé que cette prophétie doit absolument se réaliser. Ceci se traduit par un soutien inconditionnel à l’Etat d’Israël.

L'Anglo-Israélisme, affirme que les 10 tribus « perdues », telles qu'elles sont particulièrement présentées en Éphraïm et Manassé, trouvent leur représentation moderne dans l'influence anglo-américaine dans le monde entier.

 

Les Témoins de Jéhovah (Watch Tower Bible and Tract Society) — maintiennent qu'eux seuls constituent l'arche de la délivrance, en assurant que la nation d'Israël n'a aucune part dans le Plan de D.ieu.

 

L'Islam — l'enseignement musulman a remplacé Isaac par Ismaël — leur aïeul, en tant que la semence de la promesse, et bien qu'ils considèrent les Juifs (et les chrétiens) comme « le peuple du livre », en pratique, ils n'accordent à la nation juive aucune légitimité prophétique.

 

Voici quelques pensées sur cette théologie :

D.ieu a-t-il, rejeté Son peuple ?

La fière Eglise rendit son propre jugement : « Vous, génération de vipères !

Ayant, répudié ses origines juives, cette Eglise eut besoin de revendiquer une identité démontrée, un arrière-plan, un fondement. Cela eut lieu peu avant que prenne effet l'appropriation systématique pour elle-même de toutes les bénédictions promises à la Semence d'Abraham. Comme résultat, les enfants naturels d'Israël furent considérés comme déshérités et disgraciés, recevant uniquement les malédictions accompagnant leur infidélité.

Exposée simplement, la Théologie de remplacement, aussi connue comme soutenant le principe de session, enseigne que l'Eglise chrétienne a supplanté Israël dans le Plan de salut de D.ieu. Toutes les prophéties concernant Israël sont accomplies dans un sens spirituel dans l'Eglise appelée « Israël Spirituel », les descendants naturels de Jacob en étant totalement exclus, D.ieu n'ayant plus pour eux davantage de dessein.

En langage ordinaire, l'identité juive a été volée.

Pendant le ministère compétent des Apôtres et de leurs successeurs immédiats, l'Evangile prospéra, les croyants juifs et gentils étaient unis dans la foi, et un fondement solide fut posé pour le rassemblement d'un corps élu qui, au temps convenable, sous la direction du Messie, apporterait les bénédictions à toute l'humanité. Mais, alors que la nouvelle foi chrétienne croissait en force et en nombre et avait une prise ferme sur les chercheurs sincères de la Vérité et de la justice, elle attirait aussi des flatteurs ; des chrétiens « nominaux » et autres qui n'aimaient rien de mieux que de débattre et discuter, dans le genre des philosophes du temps de Paul qui se réunissaient régulièrement à Athènes pour analyser et critiquer chaque nouvelle chose.

Ce fut donc ainsi qu'au troisième siècle, les philosophes platoniciens commencèrent à corrompre la pureté de la révélation divine, et l'église nominale fut grande ouverte à toutes les tromperies sataniques, l'une des plus puissantes étant celle de la Théologie de remplacement.

Qui furent les agents de l'Adversaire qui imposèrent cette erreur dans l'Eglise chrétienne, encourageant par ce moyen la persécution atroce du peuple de D.ieu, Israël ?

Origène (env. 185-254)

Origène était un homme de grande culture et l'un des Pères les plus influents de l'Eglise primitive. De caractère saint et ayant une grande honnêteté d'intention, il s'écarta sur quelques points de doctrine, de la vue orthodoxe, et reste encore sous la censure de l'église catholique romaine.

Philosophe platonicien et à la tête de l'école de catéchèse d'Alexandrie, il ne gagna pas là la faveur de la communauté chrétienne, probablement à cause de la liberté de certaines de ses opinions. Il est dit que « le système théologique d'Origène est un tissu élaboré, dont la métaphysique grecque est la chaîne, et l'histoire de l'Evangile la trame » — (Chambers Encyclopédie 1901).

Mais ce fut sa présentation d'une interprétation allégorique fantasque de la Bible « dans laquelle il se laissa aller jusqu'à un niveau pernicieux », qui posa les fondements, de la Théologie de Remplacement. Il enseigna que l'Eglise des Gentils était le nouvel Israël, et écrivit :

« Nous pouvons affirmer avec une entière confiance que les Juifs ne retourneront pas à leur situation première, parce qu'ils ont commis le plus abominable des crimes en organisant cette conspiration contre le Sauveur de la race humaine... La nation juive fut conduite hors de son pays et un autre peuple fut appelé par D.ieu à une élection bénie... leur élection divine fut révoquée ; ils étaient destinés à demeurer en perpétuelle opposition à D.ieu. (Ante-Nicene Christian Littérature, IV p. 506).

Jean Chrysostome (env. 347-407)

« Bouche d'Or » fut le titre flatteur accordé à Jean, archevêque de Constantinople. D'un caractère et d'une dévotion exemplaires au service de D.ieu, il fut grandement aimé et révéré, même si son éloquence enflammée et sa dénonciation sans crainte de ce qu'il considérait comme une mauvaise conduite ou un enseignement hérétique lui valurent autant d'ennemis que de partisans.

Ayant des convictions orthodoxes, il se conforma aux idées prédominantes, comme le rejet permanent des Juifs, et utilisa son éloquence pour exprimer son mépris vis-à-vis d'eux :

« Vous avez mis Christ à mort. Vous avez levé des mains violentes contre le Maître. Vous avez répandu Son précieux sang. C'est pourquoi vous n'avez aucune possibilité d'expiation, d'excuse ou de défense... Puisqu'il est clair que D.ieu les hait, c'est le devoir des chrétiens de les haïr aussi. (Homilae Adversus Iudaeus).

Ambroise de Milan (340-397)

Évêque de Milan pendant 23 ans, Ambroise appartenait à une école mystique et allégorique d'interprètes bibliques, et on dit qu'il a surpassé Origène dans sa découverte de significations mystiques dans le récit historique le plus évident. Dans une lettre à l'Empereur Théodore, il le corrigea pour avoir montré ses faveurs à la synagogue, qu'il décrit comme « un foyer d'incroyance, une maison d'impiété, un nid de folie ». — (Ambroise, Lettre 40, E. H. Flannery, L'Angoisse des Juifs).

Augustin d’Hippone (354-430)

Les écrits de ce grand et influent penseur sont nombreux. Comme beaucoup de ses contemporains, il s'adonnait largement aux interprétations allégoriques, dépossédant les Juifs de leur place légitime dans le Plan de salut de D.ieu. Il interdit aux chrétiens la pratique de certains traits de la Loi juive, comme l'observance du Sabbat ou des restrictions alimentaires qui, affirmait-il, sous-entendaient que le salut ne venait pas par Christ seul.

Autres Dirigeants Chrétiens…

La puissance de persuasion de ces Pères éminents de l'Eglise installa la scène de destitution presque totale de la place d'Israël naturel dans le Plan de D.ieu. Leur achoppement et leur rejet étaient généralement mal compris, et le spectacle des Juifs dispersés et sans patrie devint, pour les chrétiens en général, une preuve décisive du jugement divin sur ce peuple.

Ainsi, souffrant de la perte de la faveur de D.ieu, de la perte de leur qualité de nation, la perte de leur patrie, le peuple juif endura aussi la profonde hostilité de la chrétienté en liberté. Même le hautement estimé Martin Luther, qui servit si fidèlement D.ieu et la véritable Eglise en son siècle, et en libéra beaucoup de l'oppression d'un système religieux corrompu, écrivit d'un ton acerbe à propos des Juifs, ajoutant de l'huile sur le feu de l'antisémitisme qui soufflait à travers l'Europe, avec les pogroms et l'Holocauste comme point culminant.

Certains reconnurent que la miséricorde de D.ieu retournerait au peuple affligé au temps convenable, mais ne pouvaient concevoir un rôle futur pour eux dans le grand ordre de la nature de D.ieu. La grande majorité de ceux qui se déclarent disciples de Christ était hostile, à un degré plus ou moins grand, ne voyant aucun inconvénient à oublier que Jésus Lui-même était Juif, et ils s'approprièrent le statut originel d'Israël comme peuple choisi de D.ieu, un royaume de sacrificateurs, une nation sainte — Ex. 19 : 5,6.

La théologie de remplacement, dans ses formes extrêmes, refuse la moindre trace d’espoir à Israël naturel pour une reconnaissance renouvelée par le D.ieu d’alliance.

Bref, le salut national et les aspirations de la race juive naturelle sont garantis. Ce privilège ne fut jamais transféré à aucune autre nation. Il y a, et il n’y a toujours, qu’une seule nation choisie.

Non seulement la Bible est remplie des assurances concernant le retour de la faveur et de la prospérité d’Israël naturel, mais la preuve est devant nos propres yeux.

EB N°287 p52

Jacques Obojtek pour la Commission d'Israël

redaction@israelvivra.com

*   *   *

Retour haut de page

 

*****

***